Le 15 juin dernier, la première phase de l'étude nationale sur le sommeil s'est terminée. Au cours de cette première phase, plus de 20.000 résidents luxembourgeois, âgés de 55 à 75 ans, ont répondu à une enquête en ligne sur la qualité de leur sommeil et de potentiels symptômes du trouble du comportement en sommeil paradoxal (TCSP), un trouble du sommeil associé à un risque accru de développer la maladie de Parkinson. Nous tenons à remercier tous les participants qui ont répondu à cette enquête : votre contribution est extrêmement précieuse pour les recherches sur le sommeil et sur la maladie de Parkinson menées au Luxembourg !

L'étude entre maintenant dans sa deuxième phase. Après avoir analysé les réponses au questionnaire en ligne, l'équipe de l'étude a contacté par téléphone les participants dont les réponses suggèrent une plus forte probabilité de TCSP afin de confirmer les informations fournies en ligne. Ces participants vont ensuite recevoir par courrier un test olfactif à réaliser à domicile ainsi qu'un deuxième questionnaire. À ce stade, le fait que les participants soient recontactés ne signifie pas qu'ils sont diagnostiqués comme souffrant de TCSP.

Le test olfactif, facilement réalisable à domicile, consiste en une carte avec différentes odeurs à identifier et quatre réponses possibles pour chaque odeur. Les participants doivent renvoyer cette carte à l'équipe de l’étude une fois qu’ils l’ont rempli. Les résultats permettront à l'équipe d’évaluer l'odorat des participants et de déterminer qui peut prendre part aux étapes suivantes de l’étude. Les participants seront informés de cette décision par e-mail ou par téléphone.

Les personnes participant à cette étude contribuent à la recherche scientifique et nous aident à

  • Mieux comprendre les liens entre le trouble du comportement en sommeil paradoxal (TCSP) et les stades précoces de maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson
  • Déterminer pour la première fois combien de personnes au Luxembourg sont affectées par le TCSP
  • Développer des stratégies pour prévenir les maladies neurodégénératives

Merci beaucoup pour votre intérêt et votre soutien !